Le travailleur autonome, efficace à la maison?

Vous êtes travailleur autonome ou travaillez avec une autre personne? Vous avez décidé de sortir de la maison pour voir votre entreprise mieux s’épanouir?

Bien. Mais louer un bureau physique complet peut mettre beaucoup de pression sur les finances du travailleur autonome. Existe-t-il d’autres solutions?

État du travail autonome

Les travailleurs autonomes sont plus de 500 000 au Québec. Ils ont un poids économique important. Le succès de la personne à son compte est souvent lié à son niveau d’organisation.

Être travailleur autonome, c’est vendre son expertise et avoir tous les choix, les leviers, pour décider dans quel contexte, notamment les horaires, le travail sera effectué. Ils font parfois l’envie des personnes salariées qui perçoivent parfois le travail autonome comme le même travail qu’un salarié, mais avec beaucoup de liberté.

Si vous êtes travailleur autonome, vous savez que la réalité est toute autre.

Car en plus de faire les mêmes tâches qu’un salarié ayant la même expertise, s’ajoute une immensité de tâches connexes et supplémentaires:

  • le développement des affaires;
  • le marketing;
  • la production et la gestion d’offres de services
  • la signature des contrats;
  • le contrôle de qualité;
  • le respect des innombrables lois selon le domaine de travail;
  • la comptabilité;
  • la supervision des sous-traitants;
  • la négociation des assurances;
  • l’achat et l’entretien du matériel et des technologies;
  • et, éventuellement, la gestion des espaces de bureaux.

Ces tâches prennent beaucoup de temps et grugent le temps facturable. C’est pour cette raison, incidemment, que l’organisation est la clef du succès.

Séparer la maison du travail… en partie

Car l’entrepreneur qui travaille de la maison aura éventuellement besoin d’une carte d’affaires. Idéalement, la carte portera un numéro de téléphone professionnel séparé de la ligne résidentielle ou cellulaire. Car les clients, presque immanquablement, taperont l’adresse sur un moteur de recherche pour voir le lieu de travail du travailleur autonome. Est-ce que la vue d’un quartier 100% résidentiel sera porteur d’un message de succès? Plusieurs pensent que non.

Selon son niveau de succès professionnel, le travailleur autonome regardera rapidement les possibilités de régler ce problème d’image (adresse résidentielle et numéro de téléphone résidentiel ou mobile). Le travailleur autonome rusé s’assurera aussi de le faire de la façon la plus efficace possible, sans ajouter à ses tâches déjà importantes, et tout cela au moindre coût.

Certains sont extrêmement bien organisés, avec un bureau à la maison. Mais même ceux-là vont tenter subtilement d’organiser les rencontres au bureau de leur client, au café ou ailleurs. Ils auront tendance à ne pas prendre certains appels lorsque les enfants, ou le chien, sont audibles.

Le bureau virtuel – la base

L’utilisation d’un bureau virtuel, à l’intérieur d’un centre d’affaires, est une solution logique. C’est une solution extrêmement simple d’implantation, très peu coûteuse et d’une grande efficacité.

Un bureau virtuel de base offre la possibilité de déclarer l’adresse du centre d’affaires comme sa propre adresse professionnelle. Elle peut être utilisée sur le site web du travailleur autonome ou sur ses cartes d’affaires. Pour un prix entre 50$ et 100$ par mois, c’est un investissement peu important pour augmenter significativement l’image de succès.

Une ligne téléphonique, avec ou sans services de réception des appels, permet de créer une ligne dédiée de réception des appels des clients et des fournisseurs. En cas de croissance de l’entreprise, les clients auront eu le temps de s’habituer à ce numéro. Ce numéro pourra toujours être administré ailleurs ou autrement lorsque ce sera nécessaire. Un numéro dédié permet aussi, par exemple, de transférer temporairement les appels à un partenaire pendant les vacances ou de faire prendre les messages.

Le bureau virtuel – la suite

Une autre option du bureau virtuel est l’utilisation de salles de réunions, en forfait ou à la carte, pour rencontrer des clients ou des partenaires ou encore, par exemple, faire le lancement d’un nouveau produit ou service.

Le bureau virtuel peut ensuite progresser vers des solutions plus complètes. La location d’un bureau privatif physique pour y travailler à temps partiel ou à plein temps, seul ou avec des associés et/ou des employés, est une suite tout à fait logique

En un mot comme en mille, le bureau virtuel est un complément parfait au travail à la maison. Son faible coût et ses caractéristiques complètement adaptables pendant la progression de l’entreprise en font une solution très efficace. C’est une solution qui fonctionne bien, que l’entreprise soit à son stade de lancement, ou pendant sa croissance ou encore, selon le domaine, pendant même sa maturité.